Une photo, une histoire : Aube à Bagan

08/01/2017

 

Bagan, Myanmar / Birmanie, Janvier 2013

 

Il est cinq heures, Bagan ne s’éveille pas encore…Mon alarme sonne avant le chant des coqs. Robotique, endormi, je m’éveille difficilement, les yeux encore embués. L’électricité de la ville se coupe au moment où je mets le pied au sol (j’ai du mettre le gauche). A la frontale, je prends ma mini-pompe et regonfle ma roue avant. Je n’ai pas pu réparer cette chambre à air qui m’a sournoisement lâché hier soir. Un bon exercice pour se réchauffer dans le calme quasi-absolu de la ville. J’enfourche ma petite reine et fonce dans le noir vers les temples, à trente minutes de route. Enfin, trente minutes, sans compter les regonflages successifs sur la route. Le froid est piquant mais je sens déjà l’excitation monter. Gauche, droite, gauche, puis le chemin sablonneux : je connais déjà l’itinéraire et je pourrais y aller presque les yeux fermés. Enfin, c’est un peu le cas vu la lumière faiblarde que ma frontale génère. Enfin arrivé au temple, je me déchausse et commence à grimper pieds nus les immenses marches gelées du temple. Je ne comprends toujours pas pourquoi les architectes ont décidé de construire des marches aussi hautes. Peut-être était-ce de grands visionnaires qui savaient que leurs œuvres allaient devenir un des joyaux de la Birmanie et que ça ferait parler les petits blancs comme moi. En haut, il fait encore nuit noire. Quelques touristes motivés arrivent au compte goutte après moi. Les premières lueurs de violine et de rose apparaissent à l’horizon. Le spectacle, qui se reproduit depuis des siècles, est au rendez-vous. Brume, paisible forêt, temples pointant vers le ciel… Les montgolfières sont également de sortie, vu les bonnes conditions météorologiques du jour. Symétrie parfaite. Hop, c’est dans la boite… Je suis heureux.

, , , , , , , ,

Leave a comment

Share